Université de Printemps 2021

Le programme de notre Université de Printemps 2021, qui s’est déroulé le 16 juin dernier, est encore disponible ci-dessous en format « diaporama ». Ce dernier s’active au passage de la souris sur la première vignette, en cliquant sur les flèches droite/gauche.

Vous trouverez ci-dessous des échos de cet événement.

L’UNIVERSITE DE PRINTEMPS « COMME SI VOUS Y ETIEZ »
(Reportage photo, en attente de l’exploitation d’une captation vidéo)

* Au 253 : une salle accueillante, des pauses conviviales et des partenaires facilitateurs…

* Une journée dense, introduite par Hubert GRANDJEAN, avec une première séquence dédiée aux questions de Reconversions professionnelles ouverte par Alain DRUELLES (Cabinet QUINTET, ancien conseiller de la Ministre du Travail).

* Elle s’est continée avec l’intervention de Philippe DOLE (ancien responsable du FPSPP, en charge d’une Mission sur les métiers en déficit de recrutement) qui a permis de faire un point documenté sur les besoins de recrutements et de compétences et les nécessités de reconversion professionnelle qui en découlent ; le tout complété d’un échange entre Hubert GRANDJEAN, Alain DRUELLES et Philippe DOLE.

* Puis 3 interventions sont venues porter témoignage de l’expérience et des pratiques des Groupements d’Employeurs, avec l’apport en ligne de France JOUBERT (fondatrice du premier réseau en Poitou-Charentes en 1984) et Cyrielle BERGER (actuelle responsable du Centre national de ressources des groupements d’employeurs, CRGE, de Poitiers) et en tribune avec Joséphine COPETE (DRH, responsable de GEMPLOI, Groupement d’employeurs franciliens).

* Cette première table ronde s’est achevée sur un apport passionnant de Damien BROCHIER (CEREQ) présentant un travail récent « Des reconversions aux transitions, le nouvel âge des mobilités professionnelles » (dont on retrouvera le document de référence téléchargeable sur notre BLOG. Cf la WEBOGRAPHIE du 16 juin 2021).

* Précédée d’une pause permettant de faire connaissance et d’échanger entre participant(e)s présent(e)s sur site, la deuxième table ronde consacrée aux Transitions professionnelles, déjà bien annoncée par cette intervention de Damien BROCHIER, fut également introduite par notre ami Stéphane BELLUCO.

* C’est Sophie CLAMENS (déléguée générale de la Fédération des CIBC) qui a introduit les travaux, évoquant brièvement le rôle « historique » des CIBC puis, plus longuement, leur implication dans le portage du CEP et le dispositif des « transitions professionnelles ».

* Guillaume CAIROU, dirigeant de la société de portage salarial DIDAXIS, a pu « enchaîner » ensuite sur la contribution du portage salarial aux reconversions et transitions professionnelles et l’importance du travail indépendant pour celles-ci.

* S’en est suivi une séquence très « éclairante » sur les Transitions professionnelles et le dispositif TRANSCO, introduite par Philippe DEBRUYNE (président de l’association CERTIF’PRO), particulièrement impliqué dans l’animation nationale du sujet, complétée du témoignage concret de Valérie MAURY (représentant la plateforme TRANSCO Grand Orly – Seine Bièvre), parlant avec conviction au nom de tous les « ambassadeurs des transitions ».

UN APRES-MIDI DEDIE A LA RECONNAISSANCE DES COMPETENCES

* Après une « pause méridienne » prise en proximité, faite de détente et d’échanges conviviaux, l’Université a repris, placée par Jacques FAUBERT sous le signe de la « Reconnaissance sociale et professionnelle des compétences », en commençant par une table ronde introduite et animée par Natacha DUCATEZ, consacrée à la façon dont on peut aujourd’hui identifier et reconnaître les compétences, au-delà des seuls Titres et Diplômes (ce dont nous avons déjà eu l’occasion de parler).

* La séquence s’est ouverte avec une contribution à 2 voix de Frédéric LAINE (Pôle Emploi) et Martin REY (France Stratégie), sur une approche nouvelle de « Cartographie des compétences », par Familles Professionnelles et au niveau des activités (tout à fait dans l’esprit de l’ouverture des Certifications professionnelles au niveau des « Blocs de compétences »).

* Partant des constats et des interrogations soulevés par cette étude commune de France Stratégie et Pôle Emploi (qu’on retrouvera dans la WEBOGRAPHIE du 16 juin 2021 publiée sur ce BLOG d’où elle peut être téléchargée), la table ronde a été stimulée par l’expérience de l’Armée et son dispositif DEFENSE MOBILITE, présenté de manière convaincante par Maud LAOUBI, cheffe de ce service original de Certification et Validation des acquis de l’expérience, puis en découvrant avec Laurence MARTIN, directrice de l’APapp (Association pour la promotion du label APP), un ensemble de modalités de reconnaissance adaptées aux publics éloignés de celles traditionnelles : de CLéA aux « Badges numériques » …

* A ce stade, ce fut un plaisir de revenir sur l’histoire et la réalité d’aujourd’hui de la VAE (la Validation des Acquis de l’Expérience) tant au plan conceptuel qu’en faisant appel à la pratique d’un second « duo » formé par 2 anciens collègues, toujours très complices, le consultant Yann Firmin HERROU et Patrice GUEZOU, directeur de CENTRE INFFO – partenaire de notre « Université ». Ce fut l’occasion, aussi, de s’intéresser au Rapport réalisé par l’équipe Rivoire-Khecha-Soubien, remis en 2020 et de plaider pour sa mise à disposition des acteurs concernés (cf. Document d’ACTUALITE DE LA FORMATION remis aux participants(e)s et repris dans la WEBOGRAPHIE).

* Ayant soulevé de nombreuses questions afférentes à l’identification et aux modalités originales ou spécifiques de reconnaissance des compétences, il restait à se mobiliser sur la question stratégique de leur prise en compte dans l’écosystème des qualifications et classifications, et, donc, de soulever le rôle des Observatoires paritaires des métiers et des qualifications (OPMQ) tant au plan des Territoires que des Branches et Secteurs ; ce à quoi s’est employé Jacques FAUBERT…

* C’est avec une récente étude sur ces sujets du CEREQ, présentée (en ligne) de façon très « pédagogique » par une de ses auteures, Aline VALETTE-WHURSTEN (qu’on retrouvera dans notre WEBOGRAPHIE d’où elle est téléchargeable) que s’est ouverte cette 4e et dernière table ronde.

* La réflexion s’est enrichie de l’apport de Bernard BARBIER, Directeur de DEFI METIERS (le CARIF-OREF d’Ile-de-France), dont les travaux transversaux et/ou intersectoriels sur les métiers et les compétences ont déjà beaucoup fait pour une vision ouverte de la prise en compte d’activités et de compétences au-delà de la ou les Branche(s) qui les a vu émerger.

* Et ce fut une grande satisfaction de constater les grandes convergences entre les témoignages, concrets et convaincants, des porte-paroles d’origines syndicales et de secteurs différents : Arnaud CHOUTEAU (VP MEDEF de la Commission GPEC d’OPCO2i et Directeur Emploi Formation du LEEM – Industries pharmaceutiques) et Laurent TERME (Secrétaire fédéral Santé-Sociaux CFDT, secrétaire de l’Observatoire de l’OPCO Santé). L’un en tribune et l’autre en ligne ont su illustrer le meilleur de la modernisation des regards et des pratiques des Observatoires de Branches et/ou de Secteurs, en écho aux perspectives et aux réflexions ouvertes par Aline VALETTE- WHURSTEN.

Resterait à ce que la « contagion positive » gagne le plus grand nombre de secteurs et qu’au sein des structures paritaires l’intérêt se fasse clairement jour pour faire leurs places aux compétences émergentes et/ou transversales (et aux activités nouvelles ou recomposées dans lesquelles elles se développent) pour refonder les qualifications et repenser un grand nombre d’Accords collectifs qui les transcrivent encore à l’identique, comme dans un monde qui ne changerait pas …

DES CONCLUSIONS DYNAMIQUES POUR CETTE DEUXIEME « UNIVERSITE »

Comme en 2020 (où Guillaume RAVEL de la Fondation PARIS-TECH s’était attelé à la tâche), la parole a été donné à un « grand témoin » ayant suivi tous les travaux et leur apportant sens et perspectives ; c’est Jean Christophe SCIBERRAS (ancien Pdt de l’ANDRH et récemment encore DRH d’AXA), Président du Réseau Emploi Compétence et de l’exercice en cours de Prospective des Métiers et des Qualifications de France STRATEGIE qui a fait cet honneur à l’Association.

Puis l’« Université » s’est achevée sur l’assurance donnée aux participant-e-s qu’ils trouveront durablement l’Association pour l’accompagnement et le développement des compétences mobilisée sur les thématiques de ce jour et plus largement sur les transformations du travail, des organisations, des besoins de compétences et de management des entreprises. Ouvrir l’Association à toutes les contributions et tous les soutiens nécessaires à consolider son propos et ses initiatives aura été « le mot de la fin » attendu de son Président.

Les commentaires sont clos.