Actualités sanitaires

Vous trouverez ci-après les informations COVID et autres obligations nouvelles ou conseils pratiques des Ministères :

Covid-19 : évolution du protocole national pour la sécurité des salariés en entreprise
| Publié le 23 août 2021

L’État accompagne les employeurs, les salariés et leurs représentants sur les modalités de travail en période de crise sanitaire.

Le protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de la Covid-19 a été actualisé le 23 août 2021 pour répondre à la situation épidémique actuelle.

Il s’agit d’un document de référence pour assurer la santé et la sécurité des salariés et la poursuite de l’activité économique.

Les principales évolutions portent sur :

o La généralisation du télétravail pour les activités qui le permettent ;
o L’organisation des réunions par audio et visioconférences ;
o L’utilisation de l’application TousAntiCovid pour faciliter le suivi des cas contacts ;
o La suspension des moments de convivialité dans le cadre professionnel ;
o La protection des personnes à risque de forme grave de Covid.

Retrouvez le nouveau protocole national

NOS BREVES 2021

La Norme ISO 9001-2015 est confirmée :

La plus connue et plus utilisée des Normes volontaires internationales, l’ISO 9001, est confirmée, dans sa version opérationnelle « 2015 ». Référencée NF EN 9001 à l’AFNOR, non seulement cette Norme est maintenue, mais elle va « coiffer » d’autres Normes relatives aux Systèmes de management : ISO 14001, 45001 et 50001, en constituant un véritable « socle » pour la certification des SMQ (Systèmes de Management de la Qualité). Des passerelles sont néanmoins envisagées avec d’autres Normes, telles que l’ISO 22301 ou la Norme française X5O-819 relative à l’« Excellence opérationnelle » et au « Lean management » ou encore l’ISO 30401.

Pour en savoir plus : voir le site d’AFNOR Normalisation.

« 100 FOIS SUR LE METIER, REMETTRE SON OUVRAGE » disait le fabuliste. L’encre de certains des textes d’application de la Loi de septembre 2018 n’est pas encore sèche que déjà un nouveau round de discussions (et sans doute rapidement de négociations) vient de s’ouvrir, pour l’améliorer. Les partenaires sociaux ont travaillé sur ce sujet pendant plusieurs semaines et ont abouti à un ensemble de propositions, réunis en un document soumis aux instances de chacune des 3 organisations patronales et 5 organisations de salariés, représentatives, et qui devrait nourrir la confrontation avec les pouvoirs publics. Il est composé de 7 parties représentant des thématiques stratégiques majeures :
1. Encourager durablement le recours à l’alternance ;
2. Professionnaliser l’utilisation du CPF et valoriser les nouvelles modalités de parcours ;
3. Faire du développement des compétences des salariés un enjeu stratégique des entreprises ;
4. Simplifier le système de certification au bénéfice des utilisateurs ;
5. Créer les conditions d’un pilotage éclairé de la formation professionnelle ;
6. Financer le système ;
7. Poursuivre le chantier des transitions professionnelles (notamment intersectorielles).
Ces 7 thématiques rassemblent des constats, des ambitions partagés et 49 pistes de propositions. Source : https://www.banquedesterritoires.fr/formation-professionnelle-49-propositions-pour-une-reforme?pk_campaign=Flux%20RSS&pk_kwd=2021-07-21&pk_source=Actualit%C3%A9s%20Localtis&pk_medium=RSS

Vous en retrouverez le commentaire téléchargeable ici.

PORTRAITS DE FAMILLES : Nos amis de DEFI METIERS ont sorti, comme en écho aux « portraits de Branches » dont se chargent généralement les Observatoires Paritaires des Métiers et Qualifications (OPMQ), une série de 9 « portraits de familles professionnelles » (chaque famille pouvant représenter plusieurs métiers) qui, s’ajoutant aux livraisons précédentes, offre 41 monographie, précieuses des réalités franciliennes, présentant les tendances porteuses d’évolution de ces professions ainsi que « le lien, plus ou moins étroit, entre la spécialité de formation initiale et la pratique de la profession ».
On pourra télécharger ici l’information correspondante.

« FAIRE SON MARCHE » POUR ALLER VERS LA QUALITE : Qualiopi progresse, mais pas à la vitesse souhaitée ; la faute à la crise sanitaire en bonne part, mais pas que … Les grandes structures installées depuis le départ sur le créneau de la Certification Qualité ont des carnets pleins ; les autres possibilités sont moins voire peu connues. Pour aider les « opérateurs d’action concourant au développement des compétences » (OF, CFA, prestataires du Bilan de compétences ou de la VAE) à s’y retrouver et à trouver le prestataire qui leur ira bien et fera le job dans de bons délais, Centre INFFO a opportunément édité un « Guide pour choisir son organisme certificateur » qu’on pourra télécharger ici.

BADGES NUMERIQUES ET AUTRES MICRO-CERTIFICATIONS : dans son intervention lors de notre Université de Printemps, notre amie Laurence MARTIN, directrice de l’Association pour la Promotion du label APP, a présenté les nouvelles formes de reconnaissance que constitue CLéA, la Certification « Apprenant agile » (inscrite au RNCP) et les « Badges numériques » comme modalité émergente. LISEO, portail de France Education International, venant précisément de réaliser une remarquable synthèse de ces nouveaux « objets certifiants », nous avons cru bon de la mettre en visibilité ici.

AFEST : UN EVENEMENT A NE PAS MANQUER : vous retrouverez dans notre rubrique « l’Agenda de nos partenaires », l’annonce d’une rencontre programmée au CNAM le 15 octobre prochain par EDUCATION PERMANENTE autour du dernier numéro (227) de la revue, coordonnée par nos amis Emmanuelle BEGON (MAFEST) et Laurent DUCLOS (DGEFP). Inutile de dire à quel point cette journée devrait s’avérer importante et utile sur ce sujet qui nous est cher ! Pour vous inscrire et/ou commander ce numéro spécial d’E.P., vous pouvez télécharger ici le flyer d’Education Permanente.

Lire la suite >>

De premiers jalons vers une nouvelle réforme ?

A l’occasion de l’anniversaire de la Loi DELORS de 1971 sur la Formation, Centre INFFO a ouvert une série d’entretiens par un panorama (confié à Philippe CEPEDE) que nous ne saurions trop vous recommander, et poursuivie notamment avec Carine SELLIER (Haut-commissaire aux compétences, depuis le retrait de Jean Marie MARX) et au moins deux partenaires sociaux qui comptent : Geoffroy ROUX DE BEZIEUX (pour le MEDEF) et Yvan RICORDEAU (pour la CFDT). Compte tenu de l’ouverture d’un nouveau cycle de dialogue social sur d’éventuelles « retouches » à apporter à la Loi de 2018 sur la Formation Professionnelle que vient d’annoncer le Gouvernement, ces deux interventions croisées posent des jalons déjà importants, dont vous trouverez ci-dessous quelques points clefs à avoir en tête.

POUR LE MEDEF : il y a des améliorations à apporter, et le souhait de dégager des constats partageables à porter auprès du gouvernement. « Dans le viseur », il y a les limites du CPF : au-delà du nombre de comptes activés, il y a des interrogations sur l’utilité des formations activées, leur articulation avec le plan de formation des entreprises et plus généralement la co-construction avec l’entreprise. L’autre gros sujet pour le MEDEF, c’est la mise en œuvre du PIC (Plan d’Investissement dans les Compétences) qu’il résume de façon critique comme une façon de « faire payer les entreprises pour la formation des demandeurs d’emploi ». Enfin, le dispositif qui se met en place pour accompagner les reconversions professionnelles et les « transitions collectives » les interrogent du point de vue de sa complexité.

POUR LA CFDT : il y aura des avancées à défendre et développer, notamment « la dimension formatrice du travail et ses conséquences sur la certification » (de la VAE à l’AFEST, sans parler des pédagogies de l’alternance) et le principe du co-investissement ; et ne pas revenir sur le passage de l’obligation de payer à celle de former. Surtout, pour le syndicat, l’enjeu d’avenir c’est l’accompagnement, d’une part, en améliorant la portée et la capacité d’innovation sociale des outils en place (Entretien professionnel, CEP, Transitions collectives, …) en particulier au plan territorial, et, d’autre part, en en faisant une composante majeure d’une nécessaire transformation de l’offre de formation, dans laquelle le bénéficiaire dispose bénéficie d’un accompagnement tout au long de son parcours. Enfin, la CFDT plaide pour des politiques publiques et paritaires « plus efficientes » et donc moins segmentées et porteuses de plus de sens.

LA VERSION 7 DU GUIDE DE LECTURE DE « QUALIOPI » EST PARUE LE 29/03/2021

Les modifications portent sur des mises à jour effectuées depuis le 08/07/2019 : Diverses précisions sont apportées sur le délai d’application du Guide (préambule), les indicateurs de résultats des CFA (indicateur2), les certifications professionnelles (indicateur 3), les conseils de perfectionnement (indicateur 20) et la période de formation en situation de travail (indicateur 28).

Bonne lecture du GUIDE, téléchargeable ici.

2021 : Priorité aux reconversions professionnelles

La crise économique et sanitaire a accéléré fortement un phénomène engagé depuis longtemps, d’abord de façon sectorielle (1), et qui a désormais tendance à la fois à prendre de l’ampleur mais aussi à changer quelque peu de nature. Ainsi, changer de façon volontaire de production, d’organisation et de management de façon rapide (parfois « à vue ») a caractérisé beaucoup de domaines en pleine pandémie (2), en posant notamment les questions de « portage » et « mutualisation » de compétences sur certains territoires (3). Et, dans le même temps, de nouvelles vagues de restructuration ont commencé à atteindre y compris des secteurs traditionnellement pourvoyeurs d’emplois directs ou chez leurs sous-traitants (4), avec le risque de sinistrer des bassins d’emplois jusque-là plutôt épargnés (5). Et c’est sans compter avec l’émergence de nouvelles qualifications portées par les transitions numériques et écologiques …

Au total, rarement la nécessité de répondre à des besoins sociaux et économiques de reconversion professionnelle et celle d’accompagner des évolutions de compétences et de qualifications n’auront été aussi grandes et en mesure de bouleverser les données habituelles de la gestion prospective des emplois et des métiers.

Au départ (et parfois encore) critiqué du fait de la disparition du CIF et des FONGECIF, le nouveau dispositif créé par le Ministère du Travail et les Partenaires sociaux, pour répondre à ces enjeux, s’est progressivement mis en place et se déploie désormais, officiellement depuis le 1er février 2021.

Lire la suite >>