Editorial n° 3 – 2020

« On peut aussi bâtir quelque chose de bien avec les pierres qui entravent le chemin » (Goethe)

Depuis mars dernier, les entreprises, leur management et les professionnels ayant vocation à les accompagner ont vécu l’addition d’une crise sanitaire et d’une autre économique, avec son lot d’enchaînement de situations critiques, de « stop and go » stressants et coûteux, pour les structures comme pour les personnes…

Mais cette période tourmentée et inachevée a aussi laissé percevoir des capacités d’innovation et de rebond formidable ; donnant ici ou là de belles leçons tant de résilience que d’innovation. Nous y avons été particulièrement attentifs, s’agissant de la « recomposition » des productions et services, des organisations et des compétences (en lien avec plusieurs partenaires)(1).

Nous avons aussi fait nôtres les réflexions de Maurice Thévenet(2) lors de la grande crise de 2008(3) : « Puisque la crise existe, elle devient l’explication de tout, on ne lit plus qu’à travers son prisme (…) Pourtant, il y a un monde à l’extérieur, il y a des secteurs qui marchent bien grâce à la crise, ceux qui continuent presque normalement (…) Il y a donc des opportunités à saisir dans ces décalages (…) La crise a été brutale ; de cette rapidité même peuvent émerger de nouvelles chances (…) Il convent de prendre date pour le futur ».

Prendre cet angle de vue, ce n’est pas pour autant faire preuve d’un optimisme béat, alors même que des entreprises ferment et que des pertes d’activités et d’emplois se font jour, dans l’immédiat ou au terme d’une séquence de chômage partiel. C’est délibérément se placer du point de vue des facteurs de relance ou, dans certains secteurs, de « renaissance ».

Pour une Association comme la nôtre, c’est se mettre au service des besoins de diagnostic, de prospection et de mobilisation de compétences des entreprises attachées à se renouveler et à « refonder » leur management.

Dans les mois qui viennent, nous allons donc tourner nos « Conversations professionnelles » (qui vont reprendre sous diverses modalités) et notre future « Rencontre 2021 » vers des problématiques de co-construction de réponses aux besoins de développement de compétences et de refondation du management ; nous nous efforcerons pour cela d’agir aux côtés d’entreprises engagées sur ces enjeux, avec lesquelles nous comptons nouer des liens et mener des dialogues et des « learning expeditions » sur le terrain …

Nous n’aurons pas la prétention de lever les incertitudes qui pèsent depuis longtemps sur la vie des entreprises, de leur management et des actifs (salariés et indépendants) et encore plus dans la période. Mais nous prendrons notre part dans le rassemblement du plus grand nombre d’éléments d’analyse et de prospective susceptibles de fournir repères et références utiles.

Vous lirez bientôt sur notre BLOG nos propositions censées traduire ces orientations en initiatives pour l’année à venir, préludes à des invitations à venir. Notre « fil rouge » consistera à repartir des compétences à désormais intégrer et/ou plus valoriser en entreprises, en posant in fine les questions de reconnaissance sociale et professionnelle, encore mal traitées à notre sens …

Et comme nous savons bien qu’il faut « souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière »(4) , nous voulons faire de nos initiatives (et de celles lancées par les partenaires avec qui nous nous associerons) les composantes, modestes mais résolues, d’une dynamique nouvelle où l’on avance par temps de crise !

Jacques FAUBERT
Président de
L’Association pour l’accompagnement et le développement des compétences
Septembre 2020

 

(1) A voir les publications et tribunes qui en rendent compte sur notre BLOG, ainsi que le replay de la Matinale de l’AFREF du 18 juin 2020 sur WEBIKEO.

(2) Enseignant-chercheur, représentant de la FNEGE (Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises) à l’Université d’Hiver de la Formation Professionnelle (UHFP 2020), son intervention liminaire a marqué les participant(e)s et celles et ceux qui ont pu lire sa tribune dans LE QUOTIDIEN DE LA FORMATION savent que sa pertinence est toujours actuelle.

(3) In « Manager en temps de crise » (EYROLLES, 2009).

(4) René CHAR (« Les matinaux », 1950).

Une « Rencontre Professionnelle » fondatrice

Après bien des vicissitudes, notre Association a pu mener à bout son projet de « Rencontre Professionnelle » le 3 mars 2020. Initialement programmée en décembre 2019 (et reportée dans le contexte social que vous connaissez) elle aurait dû constituer notre « Université d’hiver ». A quelques jours du printemps, il aurait été osé de garder cette appellation ! Néanmoins, elle a gardé volontairement un petit côté de la grande U.H.F.P. de Centre INFFO, très réussie ; car pour celles et ceux qui n’ont pas pu aller à BIARRTIZ discuter de la « nouvelle donne de l’Apprentissage » ou de la « Formation en situation de travail », les ATELIERS du matin ont permis d’échanger avec une bonne partie des interlocuteurs/trices les plus pertinent(e)s de ces sujets…

3e atelier

Lire la suite >>

Parlons compétences – Le management face au défi de l’accompagnement des compétences

Le 3 mars 2020, l’Association pour l’accompagnement et le développement de compétences, organisait une journée professionnelle consacrée à la Formation en Situation de Travail, à l’Apprentissage et à l’évolution du rôle des managers. Nous vous présentons dans cet article une synthèse des tables rondes dédiées à ce sujet 1.

Dans un contexte de transition numérique, les entreprises font face à des situations transformatrices rapides. Un des enjeux majeurs est le développement accéléré de nouvelles compétences et cela bouleverse les comportements managériaux dans l’entreprise.

Le management face au défi de l’accompagnement des compétences, quand est-il ?

Lire la suite >>

Quelles compétences pour quels territoires ?

Pôle Emploi vient de publier une étude particulièrement utile, coordonnée par Frédéric Lainé et Thomas Vroylandt (Direction de la Statistique, des Etudes et de l’Evaluation) , dont voici l’introduction :

Les offres et les demandes d’emploi ne sont pas réparties de la même façon sur le territoire national.

Au-delà des désajustements globaux, on peut observer des écarts entre la localisation des compétences demandées par les recruteurs et celles des compétences détenues par les demandeurs d’emploi. Cette étude exploite les données sur les compétences mentionnées dans les offres d’emploi et les profils des demandeurs d’emploi, pour mesurer les écarts de demande et d’offre de compétences sur les territoires. La demande de compétences comme l’achat-vente ou le secrétariat est répartie de manière relativement uniforme sur le territoire national, alors que d’autres comme la cuisine-restauration, l’informatique-numérique ou celles relatives à l’agriculture sont concentrées sur certains territoires.

La répartition géographique différente de l’offre et de la demande engendre des désajustements locaux, avec un éventail plus ou moins large selon les compétences.

Cette étude est disponible en téléchargement ci-dessous :