Editorial n° 1 – 2019

« Il n’y a rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue » (Victor HUGO).

Après quelques mois de réflexion, à partir du constat des efforts réalisés et des déceptions et désagréments rencontrés dans le cadre d’une Chambre syndicale, et quelques temps aussi à tester nos hypothèses auprès de collègues et partenaires, j’ai eu plaisir à annoncer la constitution le 11 mars et la création officielle le 13 avril dernier (parution au J.O.) de notre « Association pour l’accompagnement et le développement des compétences » © dont vous découvrez ici le BLOG.

En dépit d’un véritable travail de fond sur les évolutions de notre profession (et des métiers du Conseil, de la Formation et du Coaching qui la composent pour l’essentiel) et d’une participation active à tous les grands débats qui l’ont agité depuis 2013, force est de constater que le cadre du « syndicalisme des travailleurs indépendants », dans lequel nous nous sommes inscrits un temps, a rencontré ses limites. Plusieurs initiatives prises, notamment de « Rencontres professionnelles » nationales (Biennales 2015 et 2017) ou régionale (2018), nous ont confortés, dans le dialogue avec les institutionnels (DGEFP, DGE, COE, France Stratégie…) et de nombreux et précieux partenaires, avec lesquels le lien perdure, fort heureusement. Mais beaucoup trop de pistes (d’action, d’évolution, de « modernisation » et même de « moralisation »), tracées à ces occasions, sont restées sans écho satisfaisant auprès de ceux qui auraient dû et pu s’en saisir au premier chef : les « formateurs » et « formateurs- consultants »

La Loi « Choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018 (même si elle ne change pas autant de choses que nous pouvions l’espérer), a pourtant créé un paysage propice à nos orientations, au travers de la nouvelle définition de l’« action de formation » et de celle des « prestataires concourant au développement des compétences » ; d’ailleurs cela se traduit jusque dans les conclusions que la Fédération de la Formation Professionnelle (FFP) a commencé à tirer dans ses statuts, en termes d’« accompagnement des compétences », et devrait permettre des coopérations jusque là limitée à des travaux au sein de l’AFNOR.

Et c’est aussi dans cette période que nous nous sommes engagés, avec le Cercle National du Coaching, la Fédération des CIBC et de nombreux autres acteurs, dans la création d’un Observatoire des Métiers de l’Accompagnement (OMA) (dont la première Convention, le 15 avril 2019, au CESE, a été un succès).

Au total, nous sommes confortés par ce souffle porteur et par l’ampleur des opportunités à analyser et à saisir pour faire avancer la profession et surtout créer la confiance chez nos clients actuels et à venir : notre définition professionnelle est bien dans l’accompagnement des transformations des entreprises (et de leur management) et du développement des compétences ad hoc.

C’est à quoi l’Association qui vient de prendre son envol va s’appliquer et ce dans quoi ses membres fondateurs vont s’impliquer, en organisant le travail à l’instar d’un véritable « institut de recherche, d’étude et de formation » (ce que prévoient nos Statuts), dont vous trouverez ci-dessous les premiers éléments d’un Programme (qu’un « Comité scientifique » en cours de constitution, autour de nos amis Hubert Grandjean et Yves Soronellas, va compléter et amplifier) :

• Des « Conversations professionnelles », organisés en cycles, constituant la matière d’un Laboratoire permanent de l’accompagnement des transformations (Lab’Ac Transformations) qui ont commencé les 28/05/2019 (avec Pascal UGHETTO) et 1/07/2019 (avec Sandra ENLART et Dominique MONERA),
• Des « Journées de l’accompagnement des transformations des organisations et des compétences », en octobre 2019,
• Des « Conférences-débats » ponctuelles, coorganisées avec des partenaires (y compris en régions),
• Des « Séminaires », à vocation de professionnalisation,
• Le tout alimenté par des « Travaux de recherche » menés sous la direction de membres de notre Conseil scientifique, et des enquêtes de terrain,
• Et, bien sûr, des « Publications », pour rendre compte de tout cela et porter sens et messages…

Voilà nos ambitions de travail et la contribution professionnelle, pour le coup véritablement « indépendante », que nous nous proposons de fournir désormais, en dépassant ainsi le cadre « syndical » dans lequel ces options ont été conçues et ont mûri (spécialement grâce à une équipe francilienne impliquée et tournée vers l’avenir, bien décidée à aller aussi à la rencontre des professionnels intéressés en régions).

Alors, bienvenue sur le BLOG ADEVCOMP, le blog de l’Association pour l’accompagnement et le développement des compétences ©, et dans les initiatives que nous prendrons avec vous (que vous rejoigniez directement l’Association ou en deveniez partenaires ou sponsors).

Blog et initiatives s’enrichiront au fil du temps de vos réflexions et contributions.

A bientôt donc !
Pour l’Association et ses membres fondateurs
Jacques FAUBERT, président
jacques.faubert@adevcomp.com

 

Le nouveau paysage des Opérateurs de Compétences – OPCO

Depuis avril 2019, et après de longues et parfois tumultueuses négociations entre Branches (y compris sous la pression de l’Etat dans plusieurs cas) 11 opérateurs de compétences ont été agréés. Les rattachements, parfois difficiles à comprendre (où les rapports de forces semblent avoir parfois compté plus que les logiques de métiers), ont été réalisés d’abord sur la base ces Conventions Collectives Nationales (CCN) ; cependant chaque OPCO pourra accueillir les entreprises ne relevant pas nécessairement d’un accord national de branche sur la formation mais dont l’activité principale relève de son champ d’intervention.

Les anciens OPCA restent les interlocuteurs des entreprises et des prestataires concernés jusqu’à la mise en place effective des OPCO. Ceux-ci auront pour rôle de favoriser la transition professionnelle des salariés, d’apporter aux Branches adhérentes l’appui technique nécessaire pour établir une GPEC et les aider à déterminer les niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage et de professionnalisation et d’assurer le financement de ceux-ci. Et jusqu’au 31 décembre 2020, au plus tard (date de l’entrée en vigueur de la collecte par l’Urssaf) les OPCO sont agréés pour collecter les contributions des employeurs au titre du financement de la formation professionnelle et de l’alternance.

Lire la suite >>

Le numérique : retour sur l’enquête du COE auprès des OPCA

L’impact du numérique sur le travail n’est pas identique, ni de même nature, selon les technologies mobilisées dans les différents secteurs de l’économie.

Afin de mieux saisir comment les entreprises françaises et des institutions compétentes en matière de formation identifient les technologies qui impactent leur secteur d’activité et leurs métiers, le Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) a réalisé en 2017, en compléments des auditions réalisées de branches professionnelles (métallurgie, banques, plasturgie) ou d’OPCA (Agefos PME,…), une enquête auprès des OPCA pour recueillir leurs analyses des besoins en compétences en lien avec la diffusion des technologies numériques et d’automatisation. Il a leur a donc adressé des questionnaires afin d’appréhender de manière fine les technologies susceptibles d’impacter les métiers et les qualifications dans les branches professionnelles et les évolutions des besoins en compétences identifiées à ce stade.

Lire la suite >>