L’APEC éclaire les contradictions du management

• L’APEC éclaire les contradictions des entreprises et de leur management face au développement des compétences :

Lors de la « Rencontre Professionnelle » du 3 mars 2020, Joseph COVIAUX (Chef de projet – Pôle Etudes) est venu présenter et mettre en discussion la dernière étude, réalisée en décembre 2019, sur « Les nouveaux enjeux du management ». Vous trouverez ci-dessous sa présentation …

Mais ce n’est pas le seul apport récent de l’APEC sur ce terrain, et nous conseillons aussi la lecture d’une étude parfaitement complémentaire (elle aussi de décembre 2019) sur « Les cadres et la formation professionnelle ».

• Un point d’appui pour le dialogue social autour du rôle et de la responsabilité des cadres en matière de compétences :

Le 28 février, les partenaires sociaux ont trouvé sur la table de négociation un projet d’Accord National Interprofessionnel relatif à l’encadrement. Au-delà des importantes questions de statuts et de prise en considération globale du rôle des cadres (et spécifiquement de celles et ceux en situation de management), ce texte apporte un éclairage précieux sur l’ensemble des domaines dans lesquels les cadres doivent s’impliquer en termes de compétences : de l’Alternance et l’AFEST à la VAE en passant par le CEP… c’est toute la palette des « actions concourant au développement des compétences » qui est dans la cible de cet ANI (et au-delà, pensons à l’entretien professionnel, qui peut contribuer fortement aux transformations des organisations, des compétences et des qualifications). Souhaitant en bon usage en entreprise !

Apprentissage

Un des points clefs de la Loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel »

L’Apprentissage (et plus largement l’Alternance, qui englobe les Contrats de Professionnalisation) constitue un des points clefs de la Réforme du 5 septembre 2018 : en rapprochant Formation Professionnelle et Apprentissage, en posant la question de l’Alternance comme une des priorités des OPCO, en donnant aux Branches le pilotage au lieu et place des Régions et surtout en encourageant les entreprises à créer leur propre CFA (seule pour les grandes, en groupement pour d’autres) …

On verra dans le document joint (avec le regard porté par le CEREQ sur 20 ans d’apprentissage), combien ont pu peser la dispersion des acteurs, le manque d’implication de certaines entreprises et la prégnance des approches académiques de l’Alternance (quand on va « vérifier » en entreprises le bien fondé de telle connaissance au lieu de consolider par des connaissances l’expérience du travail). Au moment où l’on valorise enfin la « Formation En Situation de Travail » en lui faisant place dans les définitions mêmes de l’Action de formation dans le Code du Travail, c’est bien d’un retour aux fondamentaux qu’il s’agit : la compétence, comme expression de l’expérience acquise dans l’activité et le système de travail (cf. notamment Guy Le Boterf et Pascal Ughetto) et la démarche qualité avec comme point de départ le fait d’« aller y voir » (comme on dit à Saint-Etienne), autrement dit le « Gamba walk » (cette marche vers là où la valeur ajoutée se crée, là où apparaissent les problèmes et là où le client obtient satisfaction, c’est-à-dire le terrain) ; tant il vrai qu’il faut comprendre le travail pour prétendre le transformer.

Lire la suite >>

Conseil en Evolution Professionnelle (CEP)

Le nouveau dispositif est en place :

Les textes cadrant ce service d’accompagnement, désormais proposé aux « actifs occupés » (salariés, indépendants, …), sont sortis ; les attributaires du Marché Public sont également désignés. On notera d’ailleurs que nos amis de la Fédération des CIBC se taillent la part du lion (puisqu’ils interviendront sur 8 régions sur 15, Outre-mer compris). FRANCE COMPETENCES construit pas à pas les références nécessaires, avec des repères de pratiques et de complémentarité des acteurs ; elle assure à cette occasion qu’elle déploiera « des modalités exigeantes de suivi, d’audit et de pilotage ».

Pour éclairer les nouvelles modalités à venir, le CEREQ a eu la bonne idée de fournir une étude très documentée sur le service rendu jusque-là, en examinant la diversité des pratiques en région. Ce travail met en évidence les différents modes de coopération entre acteurs localement et la mobilisation également hétérogène des Services publics régionaux d’orientation (SPRO) dans leur relation au CEP et ses « opérateurs historiques » (Pôle Emploi, les Missions Locales, l’APEC, Cap Emploi et les FONGECIF) , et soulève la question de la contribution du CEP à l’aménagement du territoire. Cf. BREF CEREQ n°383-2019 à télécharger ici